Accueil

ALERTE SANITAIRE ARS


 

Mesdames, Messieurs,
Plusieurs cas pédiatriques d’infections invasives à Streptocoque du Groupe A (IISGA), en nombre plus important qu’habituellement, ont été signalés dans différentes régions (Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine) au cours des 15 derniers jours. Ces cas ont entrainé l'hospitalisation en réanimation d'au moins 8 enfants sans facteurs de risque identifiés, parmi lesquels 2 sont décédés. Trois cas adultes ont été signalés dont 1 est décédé.
Les résultats provisoires des investigations épidémiologiques menées par Santé Publique France (SpF) et de caractérisation des souches par le Centre National de Référence (CNR) des streptocoques suggèrent que ces cas n’ont pas de lien entre eux et que ces signalements ne sont probablement pas dus à l’émergence d’une souche plus virulente mais plutôt à une augmentation inhabituelle du nombre de cas, en lien avec des souches différentes.
Les observations de certains professionnels de santé de réanimation et des urgences pédiatriques s'inscrivent dans cette tendance, avec le signalement d’une recrudescence de formes graves et de décès (laryngite/pleuropneumopathies, arrêts cardio-respiratoires inexpliqués brutaux évocateurs de chocs toxiques streptococciques) consécutifs à une infection à streptocoque A chez plusieurs enfants, depuis quelques semaines.
Par ailleurs, le Royaume-Uni a également signalé une recrudescence de cas ces derniers jours avec la survenue d’au moins 6 décès chez des enfants.
Des investigations sont en cours par SpF et le CNR en lien avec les laboratoires du réseau hospitalier « EPIBAC » pour objectiver et décrire plus précisément la multiplication des cas d'IISGA au niveau national et préciser la situation épidémiologique au niveau international.
Dans l’attente de préciser cette situation, nous vous remercions de bien vouloir être vigilants aux points suivants :
  • S’agissant de l’éviction des cas de streptocoque A de la collectivité, elle doit se poursuivre jusqu’à 2 jours après le début de l’antibiothérapie. L’importance du respect des mesures barrière au sein de la collectivité doit être rappelée.
  • S’agissant de l’identification des personnes contacts, la conduite à tenir actuelle recommande la prescription d'une antibioprophylaxie par voie générale aux sujets contacts avec facteur de risque de développer une infection invasive (âge supérieur à 65ans, varicelle évolutive, lésions cutanées étendues, toxicomanie IV, pathologie évolutive, prise importante de corticoïdes per os). Au regard d'une part de la gravité des cas, et d'autre part, de la survenue d'hospitalisations en réanimation de personnes contacts dans l'entourage familial des patients, il est nécessaire de surveiller l’apparition de tout signe clinique dans l’entourage du patient afin de permettre un diagnostic et un traitement précoces.
  • Procéder à un Test Rapide d'Orientation Diagnostique (TROD) Streptocoque A devant une angine et à un prélèvement de gorge devant un tableau clinique de scarlatine, en cas de TROD négatif. La scarlatine constitue la forme bénigne d'une infection à streptocoque. C'est un diagnostic clinique et un TROD négatif ne suffit pas à exclure une infection à streptocoque A. Elles peuvent évoluer vers des formes plus sévères et parfois réanimatoires constituant le syndrome du choc toxique ;
  • De signaler sans délai aux ARS via la plateforme régionale ars-reunion-signal@ars.sante.fr ou par fax au 02.62.93.94.56. tout cas d'infection invasive à streptocoque A grave (c’est-à-dire nécessitant l’hospitalisation). Le lien sera fait avec SPF qui travaille à la mise en œuvre d’un recueil des cas graves.
  • Une saisine des sociétés savantes est en cours pour préciser les recommandations de prise en charge des cas et des personnes contacts, notamment dans le contexte actuel de tensions sur l’amoxicilline.
  • D’envoyer systématiquement au CNR les souches ou prélèvements positifs de cas d’infections invasives à streptocoque du groupe A.
    Mesdames, Messieurs,
    Plusieurs cas pédiatriques d’infections invasives à Streptocoque du Groupe A (IISGA), en nombre plus important qu’habituellement, ont été signalés dans différentes régions (Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine) au cours des 15 derniers jours. Ces cas ont entrainé l'hospitalisation en réanimation d'au moins 8 enfants sans facteurs de risque identifiés, parmi lesquels 2 sont décédés. Trois cas adultes ont été signalés dont 1 est décédé.
    Les résultats provisoires des investigations épidémiologiques menées par Santé Publique France (SpF) et de caractérisation des souches par le Centre National de Référence (CNR) des streptocoques suggèrent que ces cas n’ont pas de lien entre eux et que ces signalements ne sont probablement pas dus à l’émergence d’une souche plus virulente mais plutôt à une augmentation inhabituelle du nombre de cas, en lien avec des souches différentes.
    Les observations de certains professionnels de santé de réanimation et des urgences pédiatriques s'inscrivent dans cette tendance, avec le signalement d’une recrudescence de formes graves et de décès (laryngite/pleuropneumopathies, arrêts cardio-respiratoires inexpliqués brutaux évocateurs de chocs toxiques streptococciques) consécutifs à une infection à streptocoque A chez plusieurs enfants, depuis quelques semaines.
    Par ailleurs, le Royaume-Uni a également signalé une recrudescence de cas ces derniers jours avec la survenue d’au moins 6 décès chez des enfants.
    Des investigations sont en cours par SpF et le CNR en lien avec les laboratoires du réseau hospitalier « EPIBAC » pour objectiver et décrire plus précisément la multiplication des cas d'IISGA au niveau national et préciser la situation épidémiologique au niveau international.
    Dans l’attente de préciser cette situation, nous vous remercions de bien vouloir être vigilants aux points suivants :
  • S’agissant de l’éviction des cas de streptocoque A de la collectivité, elle doit se poursuivre jusqu’à 2 jours après le début de l’antibiothérapie. L’importance du respect des mesures barrière au sein de la collectivité doit être rappelée.
  • S’agissant de l’identification des personnes contacts, la conduite à tenir actuelle recommande la prescription d'une antibioprophylaxie par voie générale aux sujets contacts avec facteur de risque de développer une infection invasive (âge supérieur à 65ans, varicelle évolutive, lésions cutanées étendues, toxicomanie IV, pathologie évolutive, prise importante de corticoïdes per os). Au regard d'une part de la gravité des cas, et d'autre part, de la survenue d'hospitalisations en réanimation de personnes contacts dans l'entourage familial des patients, il est nécessaire de surveiller l’apparition de tout signe clinique dans l’entourage du patient afin de permettre un diagnostic et un traitement précoces.
  • Procéder à un Test Rapide d'Orientation Diagnostique (TROD) Streptocoque A devant une angine et à un prélèvement de gorge devant un tableau clinique de scarlatine, en cas de TROD négatif. La scarlatine constitue la forme bénigne d'une infection à streptocoque. C'est un diagnostic clinique et un TROD négatif ne suffit pas à exclure une infection à streptocoque A. Elles peuvent évoluer vers des formes plus sévères et parfois réanimatoires constituant le syndrome du choc toxique ;
  • De signaler sans délai aux ARS via la plateforme régionale ars-reunion-signal@ars.sante.fr ou par fax au 02.62.93.94.56. tout cas d'infection invasive à streptocoque A grave (c’est-à-dire nécessitant l’hospitalisation). Le lien sera fait avec SPF qui travaille à la mise en œuvre d’un recueil des cas graves.
  • Une saisine des sociétés savantes est en cours pour préciser les recommandations de prise en charge des cas et des personnes contacts, notamment dans le contexte actuel de tensions sur l’amoxicilline.
  • D’envoyer systématiquement au CNR les souches ou prélèvements positifs de cas d’infections invasives à streptocoque du groupe A.



 

searchRechercher un médecin

Recherche de médecins en France

Pour cela, rien de plus simple, cliquez ci-dessous pour effectuer une recherche

descriptionContrats type

Gestion des contrats

Liste de modèles de contrats

paymentPayer votre cotisation

Gestion des cotisations

Nouveau système de paiement en ligne

Liste des démarches

Vous pouvez effectuer un certain nombre de démarches

 

important_devices Vos démarches en ligne

 

Vous pouvez désormais executer certaines démarches en ligne :
 


Formations et conférences régionales

Prochaines formations

La rubrique 'formations régionales' vous informe des prochains événements régionaux. Elle est accessible dans le menu 'Actualités'

Chercher un Médecin

Accès à  l'annuaire

Annuaire des médecins

Remplacements

Le Conseil propose une plateforme d'annonces à diffusion nationale : Annonces



Par ailleurs, le site drreplas.com regroupe les offres et demandes de remplacement sur notre territoire.

Annonces

Vous êtes Médécin ou une institution, vous cherchez un remplaçant, un collaborateur, souhaitez vous associer ou  céder votre cabinet ?
Publiez votre "Annonce" avec une visibilité nationale

Bulletin de l'Ordre des Médecins

Venir au Conseil

Plan d'accès
Contact

Observatoire de la sécurité

L'observatoire de la sécurité a vu le jour en 2003. Il assure l'analyse des actes d'incivilité et des agressions dont les médecins sont victimes.

Trouvez ici les rapports d'activité de l'observatoire national, un guide pratique et de nombreux documents d'information

Démographie médicale Atlas 2019

 

Réglez votre cotisation